La semaine de 4 heures est LE best-seller pour les gens qui veulent se casser et créer une nouvelle vie. Certains l’ont même pris pour Bible. Pourtant, j’ai un avis assez mitigé:

La promesse de la semaine de 4 heures (dans la version originale):

Échapper à la routine, vivre n’importe où et rejoindre les ‘nouveaux riches’.

En résumé, travailler moins pour gagner plus: Le rêve quoi.

 

Comment s’y prendre?

 

1. Comprendre ce qu’est la vraie richesse – (‘Définition’)

Selon Tim Ferriss, la richesse ne se résume pas à l’argent qu’on a sur son compte en banque, mais sur ce qu’on fait avec ce que l’on a. Pas la peine d’avoir des millions pour vivre comme un millionnaire. Il suffit d’être au bon endroit, avec assez de temps pour profiter de la vie. Je suis 100% d’accord.

“The opposite of love is indifference, and the opposite of happiness is boredom. […] The question you should be asking isn’t ‘What do I want’ or ‘What are my goals’, but ‘What would excite me?’”

« L’opposé de l’amour est l’indifférence, et l’opposé du bonheur est l’ennui. […] La question que vous devriez vous poser n’est pas ‘Qu’est-ce que je veux’ ou ‘Quels sont mes buts’, mais ‘Qu’est-ce qui m’excite?' »

Des exercices aident à définir ce qu’on aimerait faire, quand, et combien d’argent cela coûterait (en général moins qu’on s’imagine).

 

2. Optimiser son temps – ‘Elimination’

Chapitre très utile, avec des conseils tels que lire ses emails deux fois par jour, lire les news le moins possible et préférer poser directement une question à quelqu’un plutôt que de rechercher la réponse soi-même. Rien de révolutionnaire, mais des rappels fort utiles.

Il introduit le principe du 80/20: 20% de nos activités rapportent 80% de notre revenu. Le reste n’est que du travail pour le travail (‘Work for work’) (pour se sentir occupé et utile, entre autres!).

Il évoque également la loi de Parkinson, qui fait que quand on a peu de temps devant soi, on fait les choses de manière plus efficace, en se concentrant sur l’essentiel.

Tim Ferris préconise aussi d’habituer les gens autour de soi à ce qu’ils ne nous sollicitent qu’en cas d’urgence, et qu’ils résolvent les problèmes eux-même.

« People are smarter than you think. Give them a chance to prove themselves ».

Les gens sont plus intelligents que vous ne le pensez. Donnez leur une chance de le prouver.’

 

3. Pour gagner de l’argent, créer et automatiser un produit – (‘Automatisation’)

‘La semaine de 4 heures’ repose beaucoup sur la délégation de certaines tâches pour se consacrer à des choses plus productives ou plus intéressantes.

On peut par exemple prendre une assistante virtuelle basée en Inde à 7$ de l’heure pour les tâches qui prennent du temps ou qu’on n’a pas envie de faire. Idée très attrayante – je me voyais déjà avec ma propre secrétaire virtuelle – mais je n’ai pu empêcher de me dire que la montée de ‘nouveaux riches’ semblait impliquer la création de ‘nouveaux pauvres‘…

Puis vient le cœur du sujet: comment se faire des sous?

Tim Ferris a fait sa fortune en créant une entreprise d’aliments pour sportifs, qu’il a ensuite automatisée pour vivre à l’étranger. Encore une fois, de bons principes: créer un produit (ebook, DVD) ou revendre un produit existant, puis automatiser le processus d’achat et de vente. Ainsi, pour vendre 1 ou 10000 produits, le processus reste le même, et ne prend pas plus de temps.

« Our goal is simple: to create an automated vehicle for generating cash without consuming time »

‘Notre but est simple: créer un véhicule automatisé pour générer du cash sans gaspiller de temps’

 

Le livre contient de nombreuses idées pour créer et développer un produit, mais pour Tim Ferris, tout ça parait un peu facile.

Créer ou trouver un produit à vendre, en se basant sur ce que l’on sait et aime faire: OK. Mais alors il recommande de le tester en mettant des pubs sur Internet, qui dirigent les gens vers un faux site. Le site simule un achat et prévient ensuite le client que la transaction n’a pas abouti. Tout ça pour voir si le produit vendrait.

En plus du côté douteux, Tim Ferris semble beaucoup surestimer le pouvoir de Google Adsense. Le trafic ne se gagne pas en une nuit, et il faudrait des semaines pour que les gens entendent parler du produit. Donc pas très réaliste à mon avis.

Suivent des conseils pratiques pour gérer les sous-traitants etc. Un peu long, j’ai passé.

Nous voilà avec un produit testé et dont le processus de vente est automatisé, les nouveaux clients venant grâce à la pub essentiellement.

 

4.  Pour finir, se casser! – (‘Libération’)

Ouaissss! Il est à noter que pour les employés, il faut se casser avant de pouvoir réduire ses heures – si vous finissez votre boulot en deux heures au bureau, on vous en donnera plus. Si vous êtes sur une plage au Bahamas, on ne vous en donnera pas davantage et vous pourrez vaquer à vos occupations tout en restant productif.

Dans cette section, Tim Ferris explique aux employés comment réussir à négocier le travail à distance, pour ainsi diminuer le temps au bureau, et finalement, travailler de n’importe oú. Le principal est de montrer qu’on est plus efficace en travaillant de la maison, grâce à de petits tests.

J’avais l’occasion de travailler à la maison de temps en temps quand j’étais consultante et j’étais clairement plus productive.

Le problème ceci dit, est que dans le conseil et dans d’autres professions, la quantité de politique et de ‘réseautage’ nécessaires à monter en grade fait que si vous disparaissez pendant quelques mois, on a tendance à vous oublier un peu.

Mais tout de même, pour certains types de postes, le travail 100% à distance pourrait fonctionner en suivant les techniques proposées.

 

Il y a des moment oú travailler à distance ne suffit pas et oú il faut carrément partir. Pour ça Tim liste toutes les peurs qu’on peut rencontrer au moment de démissionner et comment les surmonter. Je crois avoir trouvé la nouvelle devise de JMC:

“Being able to quit things that don’t work is integral to being a winner » 

« Etre capable de laisser tomber les choses qui ne fonctionnent pas est ce qui définit un gagnant. »

 

Ensuite vient le concept de ‘mini-retraites’, pendant lesquelles on voyage pendant plusieurs semaines, tout en travaillant le minimum. Dans cette section, vous trouverez pas mal d’astuces sur comment voyager pas cher.

 

Pour être juste avec Tim Ferris, il ne semble pas passer ses journées sur une plage aux Bahamas à ne rien faire. Enfin, pas que. Il explique qu’il utilise son temps libre pour apprendre de nouvelles choses (le tango, la box thai) et aussi participer à des projets caritatifs qui lui tiennent à cœur.

Une phrase que j’ai bien aimé:

If you cannot find meaning in your life, it is your responsibility as a human being to create it, whether that is fulfilling dreams or finding work that gives you purpose and self-worth. Ideally, a combination of both.

‘Si vous ne trouvez pas de signification à votre vie, c’est votre responsabilité en tant qu’être humain de la créer, soit en accomplissant vos rêves, soit en trouvant du travail qui vous apporte un but et vous valorise. Idéalement, une combinaison des deux’

 

Bonus

A la fin du livre, Tim reprend certains des articles de son blog.

Puis s’ensuivent des témoignages de personnes qui ont appliqué ‘La semaine de 4 heures’. C’est pour moi l’une des meilleures sections du livre, car on en apprend plus sur la réalité de ces personnes, qui ont finalement réussi à accomplir ce qu’elles souhaitaient, même si tout n’a pas changé du jour au lendemain.

 

Ce que j’en pense

 

Ce livre est à lire pour toute personne qui souhaite se casser. Il contient de bons conseils, et je pense que répliquer ce qu’il a fait est possible, mais avec un gros travail pour créer sa boîte/produit initialement et les faire connaître.

Ce qui me dérange? Le côté un peu filou des opérations. Créer un produit test n’a rien de mal (c’est le principe des préventes de livres), mais faire planter un site alors que des clients comptent sur l’achat d’un produit…bof.

Ensuite, je suis d’accord à 100% sur le fait d’optimiser son temps, et certains des principes du livre sont vraiment utiles. Prendre une assistante, je n’ai rien contre, c’est même plutôt cool. Mais prendre une assistante qui bosse 40h par semaine à 7$ de l’heure alors qu’on perçoit les fruits de son travail directement sur son compte en banque en bossant une poignée d’heures et en se dorant la pilule…appelez-moi naïve, mais ça me gêne un peu.

Ce livre est utile, c’est certain, mais malheureusement, ce qui marche pour lui ne marchera peut-être pas pour tout le monde.

 

Points forts:

  • Bons principes d’organisation
  • Introduit l’idée que le bonheur n’est pas directement lié à l’argent, mais aux expériences, et que le temps est une ressource beaucoup plus importante
  • Conseils pratiques, avec de nombreux liens internet

Points faibles:

  • Une morale parfois douteuse
  • Pas toujours réaliste
  • Tim Ferris a tendance à passer sur les moments ‘difficiles’ que peuvent impliquer un tel changement de vie.

 

Dans un genre similaire, j’ai carrément adoréBe a free range human‘, qui me semble justement plus ‘humain’ tout en promettant quelque chose de similaire. Ma critique ici.

Mon avis sur La semaine de 4 heures n’est peut-être pas l’avis général, et si vous l’avez lu, j’aimerais beaucoup savoir le votre.

Pour les autres, je pense qu’il est toujours important de se faire sa propre opinion. Si vous souhaitez l’acheter, vous pouvez passer par ces liens (ça me fera une petite com), ou le rechercher en librairie.

La semaine de 4 heures (V.F.)The 4-hour workweek (V.O.)

 

 Crédit Photo

Académie Des Possibles | Je me casse